Science.gouv.fr

zoom_plus
Vous êtes ici
Accueil > Dossiers

Darwin et l’évolutionnisme

Date : 17 février 2009

Deux cents ans après sa naissance, cent cinquante ans après la parution de son ouvrage "De l’origine des espèces", le monde célèbre le naturaliste anglais qui mis sur pied les théories de l’évolution et de la sélection naturelle. Si l’hommage est de taille, c’est que ces travaux constituent le socle de recherches capitales menées pour établir les liens de parenté entre les espèces, et comprendre leur évolution au fil des millénaires.
Mais c’est aussi et sûrement pour réaffirmer certains faits scientifiques, à l’heure où les détracteurs de Darwin, créationnistes en tête, semblent regagner du terrain.

Que dit Darwin au milieu du XIXe siècle ?

Les organismes vivants sont en perpétuelle évolution, grâce notamment au phénomène de sélection naturelle qui fait qu’au sein d’une même espèce, les individus les plus adaptés à leur milieu se reproduisent davantage que les autres. Et que toutes les espèces (l’homme n’est pas exclu de ce schéma) descendent d’un ou de plusieurs ancêtres communs. Un bouleversement dans la vision traditionnelle chrétienne qui prévaut alors, et pour laquelle les créatures en tout genre qui peuplent la planète sont des créations divines, immuables et indépendantes les unes des autres.

© Illustrations : D. Visset. Source : La classification phylogénétique du vivant, G/ classification phylogénétique du vivant, G/ Lecointre, H. Le Guyader, ill. DominiqueLecointre, H. Le Guyader, ill. Dominique Visset, Editions Belin, 2006

« La théorie de l’évolution au sens darwinien du terme est actuellement le meilleur cadre conceptuel que nous ayons à notre disposition pour comprendre rationnellement l’instabilité du vivant, pour penser un monde naturel essentiellement dynamique », commente Hervé Le Guyader, directeur du laboratoire « Systématique, adaptation, évolution »1.

1 Laboratoire CNRS / Université Paris-VI / Muséum nat. hist. nat. / IRD / École normale supérieure Paris.

Source : le journal du CNRS

Page suivante : les grands principes de l’évolution


Voir le site
 
 
 
  Retour en haut de page